Palmiers dans la beauce

Palmiers dans la beauce

Algérie,Timimoun...L'Oasis Rouge.

l’« oasis rouge » surnommée la Flamboyante en référence à la couleur éclatante du sable et surtout de l’argile utilisée pour les constructions.

Timimoun est née d’une rencontre magique : l’affleurement de très anciennes nappes d’eaux souterraines, et la forte pente bordant l’immense plateau du Tadmait à l’extrémité duquel elle est construite, dominant le déferlement des premières dunes de cette immense mer de sable que constitue le desert du Sahara...

Le génie des hommes du désert a ensuite fait fructifier cette situation géologique exceptionnelle : un réseau de captage des eaux souterraines a été conçu, qui les conduit précisément jusqu’au bord du plateau, où une astucieuse répartition en assure le partage équitable et optimal. 

De minuscules canaux dirigent vers chaque parcelle de terrain, vers chaque terrasse aménagée, vers chaque jardin, cette eau précieuse et rare qui soudain fait verdir le sable rouge.

Comme pour toutes les oasis, c’est la présence de l’eau qui a motivé l’installation des hommes en ce lieu, au cœur du Sahara algérien. La mise en place d’un système hydraulique collectif a permis la création d’un village fortifié, le ksar, et d’une palmeraie. Le paysage de l’oasis offre un étagement de cultures à trois niveaux : le premier est celui des palmiers-dattiers qui peuvent atteindre 20 m de haut ; le deuxième correspond aux arbres fruitiers (olivier, figuier, grenadier, amandier…) ; enfin, à l’ombre de ces arbres, s’épanouissent les cultures maraîchères irriguées par un dense réseau de rigoles. Plongeant leurs racines profondément jusqu’aux nappes phréatiques...

 


 

 

 



10/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 141 autres membres